L'écologie, voie de fraternité

 

Sortons la tête du sable ! Il y a le feu à la " maison commune” nous dit te Pape François dans " Laudato Si "" Bonne nouvelle : nous pouvons renverser la vapeur,”

 

Circonstance aggravante: ce « droit de tirage , que nous nous octroyons s'exerce de manière inéquitable: ainsi quand certains agriculteurs africains ne peuvent utiliser que quelques litres d'eau/jour (cultures incluses), ce chiffre passe à 240 litres pour un Parisien et à 600litres pour un Américain ! La « mécanique » est la même (parfois pire), pour la consommation d'autres ressources (énergies fossiles par exemple) ou celle, de fait, d'une biodiversité sans cesse appauvrie. Bien d'autres données illustreraient cette double évidence: nous dilapidons à grand pas notre patrimoine naturel, et, pour retarder notre propre naufrage annoncé, nous acceptons" sans vergogne, de voir d'autres humains se noyer (ou souffrir de faim et soif).

De-ci de-là, la prise de conscience et certains actes semblent pourtânt les signaux - encore faibles - d'un changement dans les têtes. Mais, en France,l’écologie politique n’a guère, jusqu'ici, su se faire entendre (ni s'entendre). Et beaucoup d'autres politiciens ne font que verdir - parfois tardivement et à la peinture à l'eau - leurs programmes électoraux.

Invitation à voir et puis bouger, ,, Laudato Si ,, détaille les contours d'une " écologie intégrale " où environnemental et social sont indissociables; où l'écologie se fait voie de fraternité et de soliPermaculture 1darité. Dans cet appel il y a de quoi éclairer nos choix. Dans nos actes quotidiens mais aussi à l'heure de voter.

I Gwenaël Demont

" Les enjeux écologiques et environnementaux sont en train de transformer en profondeur nos conceptions de la vie en société et nous tournent vers des attitudes de simplicité, de sobriété, de partage. »

Ajouter un commentaire

 
×