La maladie est une épreuve

Santé & Innovation

L’innovation en santé, porteuse d’espoir ?

 Pour soigner ses congénères, l’homme, de tout temps, a été en recherche. L’observation est sans doute sa richesse première. Les premiers hommes, regardant autour d’eux ce que le Créateur leur offrait, ont vite découvert les vertus des plantes.

 Des siècles plus tard, la science a identifié, analysé et même cherché à reproduire ces molécules naturelles, pour en faire des médicaments.

 Notre histoire est ainsi parsemée de découvertes innovantes ; Röntgen en découvrant les rayons X en 1895 a donné naissance à la radiologie.

 Qui de nos jours contesterait l’apport considérable que cela fut pour la médecine ?

 L’homme est curieux, inventif, c’est dans sa nature.

 Il y a tout juste un an (23/24 janvier 2016), s’est tenue à Paris, à la Cité des Sciences, la première « Journée nationale de l’innovation en santé ». Son objectif : faire découvrir à tous, les progrès réalisés dans le champ de la santé, explorant les domaines des biomatériaux (permettant de réparer l’homme), aussi bien, que l’apport des nouvelles technologies ou que celui du high-tech dans l’imagerie médicale ou la chirurgie.

 Autant de domaines passionnants à une époque où le vieillissement de la population, l’exigence accrue des patients et la désertification médicale se conjuguent pour que l’idée de soigner autrement puisse être une solution, voire peut-être même, un impératif de santé publique. Ainsi, parle-t-on dorénavant de e-santé.

 Le numérique, assez souvent décrié dans nos équipes MCR : « …internet…moi, jamais ! » entendons-nous dire, a pourtant bel et bien envahi ce domaine de la santé, qui nous concerne au plus haut point.

 

l’internet des objets, qui permet à des patients, par exemple, de gérer, au quotidien, leur pathologie, ou encore de permettre, via la télémédecine, à des patients isolés de se connecter à leur médecin, donnant naissance à la téléconsultation

Au-delà de la simple informatisation des établissements de santé et des cabinets médicaux de ville, entamée depuis bientôt 20 ans, les technologies numériques ont permis de développer d’immenses champs de la recherche, la génomique, par exemple, qui permet de cartographier le génome, mais aussi de mettre au point des objets de santé connectés, l’IoT, l’internet des objets, qui permet à des patients, par exemple, de gérer, au quotidien, leur pathologie, ou encore de permettre, via la télémédecine, à des patients isolés de se connecter à leur médecin, donnant naissance à la téléconsultation : docteur Knock, où es-tu ?

 

Toutes ces innovations bouleversent, enthousiasment, inquiètent. Les acteurs de l’innovation sont nombreux, chercheurs, industriels, profession de santé, politiques, et chacun de nous en définitive, au point qu’un délégué ministériel à l’innovation en santé a été nommé il y a un an par la ministre de la santé.

 

L'homme Nouveau, non, pas celui de notre thème d’année, mais d’ un « sur-humain », un « post-humain », un « trans-humain »

 

 

L’innovation en santé a permis de soulager, soigner, réparer, améliorer, guérir parfois ;

  • jusqu’où ira-t-elle ?

  • Jusqu’où peut-elle aller ?

 

On parle d’un Homme Nouveau, non, pas celui de notre thème d’année, mais d’ un « sur-humain », un « post-humain », un « trans-humain »… demain frappe à notre porte, demain est déjà là !

 

Des applis au service des diabétiques

 

Aussi simples à utiliser qu'utiles pour gérer sa glycémie au quotidien, les applis permettent aux diabétiques l'auto-surveillance.

 Zoom sur deux d’entre elles réalisées avec les patients.

 Novi-Chek

pour les jeunes malades atteints de diabète de type 1

 

 

 

Disponible depuis décembre 2015, cette appli gratuite imaginée par les laboratoires Roche en partenariat avec des patients et des infirmières vient d’être récompensée aux Trophées de la santé mobile, catégorie "Patients et grand public".

 

Destinée aux patients récemment diagnostiqués (enfants et adultes jeunes), Novi-Chek apporte, derrière ses couleurs acidulées, beaucoup d’informations, pratiques et médicales, toujours présentées sous forme ludique – infographies et dessins pédagogiques.

Des quiz sont systématiquement proposés pour chaque article et la découverte de la maladie se fait avec un petit personnage rassurant, Ovi, qui aide à comprendre la maladie pour bien gérer son taux de glycémie. Pas à pas, Ovi décrypte le mécanisme du diabète de type 1, les traitements et l’importance d’une bonne auto-surveillance.

 

Des rappels de mesure de glycémie sont aussi programmables avant et après le repas ainsi que des alertes pour renouveler le matériel d’auto-surveillance glycémique.

 

 


 

DiabetoPartner

pour les diabétiques de type 2

 

 

Le plus fréquent des diabètes a, lui aussi, son appli !

 Elle sera utile pour tous ceux qui sont touchés par le diabète de type 2, ce qui représente 92 % des cas: les plus de 40 ans, les personnes en excès de poids et de familles de personnes diabétiques de type 2, l’âge moyen de dépistage étant de 54 ans.

 Développé par MSD France (une filiale de Merck), DiabetoPartner a été co-réalisé avec des patients et la Fédération française des diabétiques.

 Récompensée en 2015 aux Trophées de la santé mobile, catégorie "Patients et grand public", l'appli est très complète, aussi pratique que futée: elle rappelle les bienfaits d’une activité physique régulière et d’un bon équilibre alimentaire, clés d'une baisse du diabète de type 2. Et donne aussi de nombreux conseils, comme en cas d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie par exemple.

 L’appli propose également des informations pratiques spécifiques. Que faire en voyage? Si l'on conduit, faut-il le signaler ? Au restaurant, comment manger équilibré...

 

Elle permet d’avoir toujours en poche son carnet de suivi électronique où sont relevés au quotidien glycémie, tension, HBA1C, poids, cholestérol. Elle intègre d'autre part un pilulier qui permet de suivre, sans oubli, la prise de médicament. Il est aussi possible d’enregistrer une photo de son ordonnance pour l’avoir toujours avec soi ou l'envoyer par mail au pharmacien.

 

 

Les deux applications sont télécharger sur l'App Store et Google Play

 

 

 

À savoir

 Il existe de plus en plus d'applis gratuites pour les personnes diabétiques comme Gluci-chek (Roche), mySugr Junior (GmbH) , EdiabetoPass (Servier).

 Un guide des applications diabète, – gratuites et payantes– les répertorie : gad.dmdpost.com

 

Isabelle Duranton

 

 

Ajouter un commentaire

 
×