Un numéro précieux à bien mettre en exergue

16 117 : le numéro du médecin de garde aux heures de fermeture des cabinets médicaux

 

 

Voici un nouveau dispositif santé qui peut s’avérer particulièrement intéressant en cas de souci… En effet, la ministre de la Santé vient de mettre en place dans trois régions -avant déploiement national- le 116 117, un numéro de téléphone national et gratuit qui permet d’être mis en relation avec le médecin de garde aux heures de fermeture des cabinets médicaux

J’ai souhaité faciliter l’accès de tous les Français à un médecin généraliste aux heures de garde : devant la multiplicité des numéros existants d’un département à un autre, j’ai mis en place un dispositif simple et facilement mémorisable » indique Marisol Touraine dans son communiqué.

 Et la ministre de poursuivre : « le 116 117 garantit l’accès aux soins pour tous aux heures de fermeture des cabinets médicaux ».

 Plus concrètement, ce nouveau est fonctionnel depuis cette semaine dans trois régions de France : Corse, Normandie et Pays de la Loire. Il est appelé à être déployé sur le territoire national d’ici fin 2017.

 Où trouver un médecin un dimanche après-midi ?

Comment faire face à un accident domestique un dimanche après-midi ?

Que faire en cas de grosse fièvre soudaine ?

 Autant de questions que chacun -et notamment les seniors- peut se poser lorsqu’il a un doute sur son état de santé en dehors des heures d’ouverture des cabinets médicaux, c’est-à-dire le soir après 20h, le week-end à partir du samedi midi et les jours fériés.

 Jusqu’à cette semaine, la multiplicité des numéros d’appels permettant d’accéder à un médecin de garde étaient différents dans chaque département (les numéros à quatre ou à dix chiffres, le 15, etc.). Ce qui avouons-le, ne facilitait pas les choses.

 Dans ce contexte, le 116 117 est « le » nouveau numéro gratuit pour joindre un médecin généraliste de garde aux heures de fermeture des cabinets médicaux : tous les soirs après 20h, le week-end à partir du samedi midi et les jours fériés.

 Réservé aux urgences graves, le 15 reste disponible 7j/7 et 24h/24.

 En journée durant la semaine, le 116 117 ne sera pas accessible puisqu’il n’a pas vocation à se substituer aux consultations assurées par le médecin traitant. En cas de doute sur la gravité de la situation, le 15 reste le numéro à composer.

 

©mcr-avril 2017

La maladie : une épreuve

 

 Chaque année, lors du traditionnel échange de voeux, nous souhaitons pour les uns et les autres une excellente santé qui est le bien le plus précieux. Nous savons pourtant que nous sommes tous confrontés, plus ou moins, aux souffrances et aux maladies au cours de notre vie. La dégradation de la santé touche tous les âges ; mais le cortège des maladies accompagne davantage la vieillesse.

 Etre confronté à la douleur d’un proche en souffrance, est aussi une épreuve et bien souvent nous nous sentons démunis. Les mots de consolation peuvent sonner faux et donné parfois un résultat inversé. Seules la présence silencieuse et la prière ont un effet apaisant pour le grand malade.

 Accueillir et accepter les évènements douloureux de la vie n’est facile pour personne. La maladie nous dépossède de notre santé. Cela provoque parfois un sentiment de révolte, d’injustice. Certes la médecine d’aujourd’hui atténue bien des souffrances ; mais toute maladie reste une épreuve difficile à supporter sans une confiance profonde au Christ ressuscité qui rejoint toujours ceux qui souffent. Le malade n’est jamais seul. Dans les Evangiles, Jésus est très souvent au contact des malades et des estropiés ; il les aime et a pitié de leurs grandes souffrances.

 Prier la Vierge Marie ou un Saint qui est reconnu pour agir en faveur de la santé est aussi une démarche de foi qui redonne confiance et permet de mieux surmonter les moments pénibles de la maladie.

 Inexorablement l’âge érode les forces des vieilles personnes ; mais cette fragilité les rend plus attentives aux souffrances des autres. C’est pourquoi les «petites lueurs du soir » que nous sommes ont toujours à coeur de porter dans leurs prières tous ceux qui sont abattus par l’angloisse, la détresse, les souffrances. Prendre du temps pour visiter les malades, répondre à leurs besoins de tendresse et de consolation est aussi une mission que les plus valides d’entre vous assurent dans leur village ou leur quartier. C’est un beau témoignage d’une présence d’Eglise signe de l’ampour de Dieu.

 

Prenez bien soin de votre santé.

 

Robert Laevens du diocèse de Lille

extrait de Lueurs du Soir

 

Ajouter un commentaire